Catherine Dewé
Psychologue clinicienne – Psychothérapeute – Instructrice en Pleine Conscience
Biographie 2017-05-30T17:26:07+01:00

Biographie

Licenciée en psychologie à l’Université de Liège (ULG, 1996), je me suis formée à regarder la manière dont l’être humain entre en interaction avec les différents systèmes dans lesquels il évolue. Je centre mon attention première sur la manière dont il s’est construit au sein de son système familial, en lien avec ses premières figures d’attachement.

Durant 15 ans, j’ai exercé mon métier de psychologue dans un service d’aide aux victimes implanté sur l’Arrondissement de Verviers. Ma mission consistait à y accompagner des personnes souffrant d’un stress post-traumatique et/ou d’un traumatisme psychique parfois complexe. En parallèle et à partir de 2005, je recevais des personnes en consultations privées.

Mes expériences de vie, de profondes remises en question ainsi qu’un parcours thérapeutique personnel m’ont conduit à entamer, en 2006, un processus de développement personnel étalé sur 3 années, intitulé « Approche psycho-énergétique de l’être ».

Durant ce processus, j’ai travaillé les liens profonds entre le corps et le mental, j’ai entrainé mon ouverture aux dimensions plus subtiles de l’être humain et à sa capacité à se relier à quelque chose de plus grand et de plus large que lui. J’ai découvert la richesse d’une manière d’être au monde aujourd’hui communément appelée «Pleine Conscience ». Depuis, je travaille cette présence à soi, à l’autre et au monde sous différentes formes, en l’intégrant le plus possible dans la vie de tous les jours, de manière formelle par la méditation et par le mouvement (marche, danse des 5 rythmes…), seule ou en groupe.

En 2005, mon intérêt pour les situations liées aux traumatismes et mon envie d’intervenir un peu plus en amont, m’a conduit à m’engager, pour le service de l’adoption de la Communauté Française, dans l’animation de groupes de parents désireux d’adopter un enfant. C’est l’occasion de ma rencontre avec la théorie de l’attachement. Je n’ai eu de cesse, depuis, d’approfondir la connaissance que j’ai de cette théorie et de l’appliquer de façon pertinente dans la relation thérapeutique.

Ma formation aux Interventions Basées sur la Pleine Conscience (UCL, 2014), m’a amenée à creuser les liens entre le processus d’attachement, les problèmes de régulation émotionnelle et la pratique de la Méditation de Pleine Conscience.  Un constat s’imposait à moi : la résonance émotionnelle, (c’est à dire la capacité à prendre conscience de son état émotionnel), processus en jeu dans la Pleine Conscience, correspond au processus qui favorise l’attachement sécure.

Après 15 ans de pratique professionnelle dans ce service d’aide aux victimes, un autre constat s’imposait aussi à moi ; j’étais un peu essoufflée et mes centres d’intérêt s’étaient modifiés. J’avais le désir d’élargir ma pratique, de ne plus être limitée à un cadre institutionnel et d’ajouter une pratique plus préventive et liée au bien-être de la personne.

Aujourd’hui et depuis 2015, je développe une activité d’indépendante complète qui intègre un pôle thérapeutique, les consultations cliniques individuelles, en couple et de famille et un pôle préventif, l’animation de groupes de parents adoptants, la supervision de professionnels, la formation et le développement personnel autour de l’attachement, et l’animation de groupes d’entrainement à la Pleine Conscience (Thérapie Cognitive par la Pleine Conscience).

J’ai rejoins une équipe de professionnels au sein du centre PEPS-E situé à Cointe, Liège. Les thématiques de références sont aussi les miennes : le traumatisme psychique, la régulation émotionnelle et l’attachement. Une attention particulière est aussi consacrée au développement d’un programme de prise en charge des troubles « borderline » de la personnalité.

En 2016, j’entamais un processus long de formation en « Gestalt Thérapie », à l’Institut Belge de « Gestalt », à Bruxelles.

La « Gestalt Thérapie » est une Thérapie Humaniste, proche de la thérapie existentielle et de la thérapie systémique. Elle vient compléter ma pratique en se centrant sur l’analyse des processus en cours ici et maintenant, plutôt que sur leurs contenus. Elle tend à soutenir l’ajustement créateur que nécessite à tout moment la coexistence de l’individu et du monde.